En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d'intérêt, recueillir des données de statistiques et permettre le partage de pages sur les réseaux sociaux.
  • Accueil
  • Les principales différences pour le développement entre Android et iOS

Les principales différences pour le développement entre Android et iOS

Lorsqu’une entreprise souhaite se doter d’une application, la question du support se pose. Quelle plateforme représente le plus d’intérêt pour sa clientèle, Android ou iOS ?

Chacun de ces supports représente des spécificités et une audience différentes. Qu’il s’agisse de technique ou de comportement des utilisateurs, il est important de définir quelle « market place » sera la plus porteuse. Cette dernière définira le travail du développeur qui devra répondre aux contraintes du système choisi.

Compte tenu du prix de développement d’une application mobile, la stratégie déployée va s’avérer déterminante.

Quelles différences existe-t-il entre ces deux systèmes d’exploitation et comment le travail technique s’en trouve-t-il impacté ?

Comment développer une application mobile pour Android et iOS

Les différences techniques

Les différents langages informatiques

Tout d’abord, la principale différence réside dans la différence de langage employé dans les deux cas.

Sous Android, on se servira du Java ainsi que du Kotlin pour donner vie aux différentes fonctions d’un projet. Ces langages informatiques possèdent leurs spécificités et il est primordial d’en maîtriser tous les aspects pour aboutir à un produit fini.

Sous iOS, ce sont Objective-C et Swift qui sont utilisés. Là encore, ils permettent de développer des applications conformément aux attentes et à la problématique édictées par le support.

Les tests

Au-delà de ces spécificités, la grande différence réside dans la phase de test. A l’heure d’éprouver et de tester l’application mobile, les outils et la façon de faire diffèrent.

Dans le cas d’Android, un émulateur sera utilisé afin de reproduire les différents types d’appareils que la marque équipe. Différentes définitions d’écran, différentes spécificités matérielles seront alors simulées pour reproduire l’ensemble des appareils qui pourront être équipés.

Sous iOS, on utilise un simulateur. Ce dernier reproduit les différents iPhone de la marque. Il ne le fait que de manière virtuelle, sans tenir compte des ressources ni de l’état de l’appareil. Concrètement, cette simulation s’appuie sur le software plutôt que sur le hardware.

Concrètement, la façon de tester une application Android se fait de façon plus exhaustive que pour iOS. L’émulateur est plus lent, mais il permet de tenir compte des différences que peut représenter l’emploi d’une marque ou d’un appareil en particulier.

Les différences de clientèles

Les utilisateurs d’applications mobiles natives Apple représentent un auditoire différent des autres marques. Ces derniers sont prêts à payer un service dès lors qu’il leur sera utile. Dans le cas de mobinautes Android, ces derniers rechercheront davantage une offre gratuite, quitte à devoir supporter de la publicité.

Ainsi, on comprend facilement que la création de projets d’applications doit passer par une étude approfondie de la clientèle visée et de la stratégie à déployer. Au-delà du design, de l’ergonomie propre à chaque support, il faut tenir compte de l’expérience utilisateur (UX). Elle définira la stratégie d’attaque la plus porteuse.

En fonction de la clientèle visée, l’application s’en trouvera donc impactée. D’où l’importance de définir cette stratégie en amont et de définir quel support mobile s’avérera le plus porteur pour votre produit. Veillez à faire le choix le plus éclairé…

Pour en savoir plus, nous vous conseillons de vous référer à la page suivante :

Besoin de nos services ?