En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d'intérêt, recueillir des données de statistiques et permettre le partage de pages sur les réseaux sociaux.
  • Accueil
  • La UX des applis pour smartphones sous Android

La UX des applis pour smartphones sous Android

Avec plus de 80 % des parts de marché en 2017, le système d’exploitation de l’entreprise américaine domine de loin ses concurrents. On peut penser que les nouveautés qu’elle a apportées ces dernières années, dans le sens d’une expérience plus réaliste et en accord avec les besoins des clients, ont contribué à ce succès.

Les développeurs d’applications ont donc tout intérêt à se pencher sur les spécificités de la User eXperience sur les terminaux qui l’utilisent. Effectivement, on ne conçoit pas de la même manière un programme sur les différents OS et il faut prendre en compte les lignes directrices des concepteurs pour offrir la meilleure UX possible aux mobinautes.

La User eXperience d'applications Android

Le Material Design : l’approche centrée UX

Avec l’introduction du Material Design en 2014, l’entreprise a voulu mettre l’accent sur le ressenti des mobinautes, en s’inspirant du papier et de l’encre.

A travers 3 principes clés, il s’agit à la fois de rendre les services plus faciles à utiliser, plus agréables à parcourir et de procurer du sens à travers le graphisme :

  • La matière est repensée dans une vision digitale, à l’aide d’ombres et de lumières, pour donner du réalisme aux divers boutons, images et icônes.
  • Les actions que peuvent réaliser les mobinautes sont mises en avant pour rendre l’interface plus intuitive. Concrètement, les FABs (Floating Action Buttons) sont un moyen de souligner l’action principale que propose l’application.
  • Le mouvement est l’élément-clé des interactions. Il apporte fluidité et dynamisme et n’a pas uniquement une vocation esthétique : il doit aussi apporter du sens. Les animations peuvent se matérialiser par des glissements, des agrandissements, des fusions, etc.

Les particularités du système d’exploitation

Au-delà des consignes et de la vision de Google pour réaliser une application de qualité, il faut également penser aux éléments propres à son OS qui influent sur le développement d’un programme applicatif et son utilisation.

Le premier critère à prendre en compte est la multiplicité des appareils. Là où Apple construit ses smartphones et son système comme un seul produit, Android est utilisé sur des mobiles aux marques et résolutions variées. Cela a bien entendu des conséquences sur les ressentis des mobinautes et c’est pourquoi l’adaptabilité est fondamentale. Même s’il est moins coûteux de développer un programme sous Android, cela ne doit pas signifier qu’il faille négliger certains utilisateurs potentiels !

Si l’on s’intéresse avec plus de précision à la UX, quels que soient le mobile utilisé et sa version, on retrouve les spécificités suivantes :

  • Le bouton « retour » est toujours visible, en bas de l’écran, tandis que l’iPhone dispose de ce bouton au sein du logiciel applicatif concerné. L’utilisateur sait donc qu’à tout moment il peut retourner à la page ou l’étape précédente.
  • Les applications ont des espaces assez conséquents entre les éléments cliquables, réduisant le risque de taper sur la mauvaise icône par exemple.
  • Le menu « hamburger » est très répandu, offrant de nombreuses opportunités pour la navigation, bien que les options ne soient pas visibles au premier abord et qu’un clic supplémentaire soit nécessaire pour y accéder.
  • Le temps de chargement, bête noire des mobinautes et développeurs, est matérialisé par un « splash screen » qui affiche le logo de l’application sur tout l’écran lorsqu’elle est en cours d’ouverture. Cela donne une indication à l’utilisateur et la sensation que la page apparaît plus rapidement que si l’écran était vide.

Pour en savoir plus, nous vous conseillons de vous référer à la page suivante :

Besoin de nos services ?