En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d'intérêt, recueillir des données de statistiques et permettre le partage de pages sur les réseaux sociaux.
  • Accueil
  • Le design des programmes sur iOS et le ressenti des utilisateurs

Le design des programmes sur iOS et le ressenti des utilisateurs

Avec moins de 20 % des parts de marché mondial, l’OS d’Apple séduit tout de même les développeurs, car les applications y génèrent des revenus plus importants. Mais pour séduire les mobinautes et les convaincre d’acheter un programme applicatif ou de dépenser lors de son utilisation, il faut leur offrir une expérience de qualité.

Le développement sur iOS nécessite certaines connaissances et ne peut être simplement la migration de l’application à partir d’Android. Les deux OS ne proposent pas la même UX aussi bien en termes de design que de fonctionnalités et ne s’adressent pas forcément au même public. Il est donc important de connaître les principales caractéristiques du système pour éviter tout faux pas ! Il peut même être judicieux de suivre une formation appropriée, pour comprendre tous les enjeux du développement d’un programme destiné à l’App Store.

Applications iOS : design et User eXperience

Les différences majeures entre iOS et son concurrent

Le système d’exploitation d’Apple se démarque des autres à la fois sur ses fonctionnalités et son aspect visuel. Ainsi, la conception des applications doit être réalisée en gardant à l’esprit ces particularités.

Tout d’abord, la navigation dispose de trois grandes particularités :

  • Le bouton de retour se trouve dans la partie haute de l’écran, sur la gauche, et est intégré dans les applications, là où les smartphones sous Android comportent un  » back button  » à la fois pour naviguer au sein de l’application et un autre en bas de l’écran qui reste toujours visible et permet des actions de retour quelle que soit la page ouverte.
  • La volonté de proposer la navigation la plus simple et la plus claire possible se manifeste par la présence d’une Tab Bar simplifiée au bas de l’écran : elle comporte au maximum 5 icônes, ce qui oblige les développeurs à penser leur application de manière à afficher uniquement les icônes les plus pertinents et à créer une navigation permettant au mobinaute de trouver rapidement et facilement le contenu qu’il recherche.
  • iOS s’appuie d’ailleurs entièrement sur cette Tab Bar pour passer d’une page à une autre, alors que chez Google, on peut utiliser plusieurs types de menus (Tab Bar, mais également menu latéral). Cela donne à Apple l’avantage d’une plus grande cohérence entre les divers programmes, même si cela réduit d’autre part les possibilités créatives.

Le design des deux systèmes diffère lui aussi. Contrairement à Google qui a développé le Material Design pour le développement de ses applications, Apple utilise le Flat Design. Ce concept a pour but d’offrir une interface épurée et met l’accent plutôt sur la fonctionnalité et la facilité d’adaptation que l’aspect graphique et dimensionnel. Il donne une importance particulière aux icônes, aux typographies et aux couleurs, contrairement à la conception pour des mobiles sous Android, qui joue avec les ombres, les lumières et les textures pour donner une sensation de réalisme.

L’un des autres atouts d’Apple pour la UX est l’assistant personnel Siri. Il rend l’utilisation plus personnalisée et interagit avec les autres logiciels installés sur le téléphone, pour effectuer des actions uniquement par la voix. Le résultat ? Gain de temps, possibilité d’utiliser le téléphone sans les mains, usage divertissant, suggestions en fonction des actions réalisées au préalable, etc.

Ces différences ne doivent pas être analysées comme une contrainte supplémentaire pour le développement d’une application sur plusieurs systèmes d’exploitation. Elles permettent en réalité de créer un programme qui ciblera les différents profils des clients et s’adaptera à leurs besoins et habitudes, en fonction de l’OS dont ils disposent. Toutefois, certaines entreprises (Instagram, Facebook…) ont fait le choix de différencier le moins possible leur design sur les deux systèmes, afin de mettre en avant une identité et une User eXperience qui leur sont propre. Selon vos objectifs, il vous faudra donc adopter la bonne stratégie et réfléchir aux implications pour le client final.

Les recommandations générales d’Apple pour une bonne UX

Alors que le système de Google est destiné à un grand nombre de modèles de smartphones et de tailles d’écran, le système d’exploitation et les téléphones d’Apple sont conçus pour fonctionner ensemble. Les guidelines données par la marque sont ainsi plus faciles à suivre, puisqu’il n’est pas nécessaire de s’interroger sur l’adaptabilité aux multiples tailles d’écran ni sur les légères divergences entre les marques de mobiles.

Pour offrir une User eXperience de qualité aux mobinautes, la marque à la pomme a publié une série de conseils destinés aux développeurs. Il est judicieux d’en tenir compte pour que votre logiciel applicatif rencontre le succès escompté et ne se confronte pas à des bugs ou des incohérences qui réduiraient les ressentis positifs des utilisateurs. Cela est d’autant plus vrai que le coût de développement d’un programme pour iPhone est supérieur à celui d’une application pour le magasin de Google, et qu’il vaut donc mieux éviter les erreurs.

Voici un aperçu des principales recommandations de la marque pour la conception d’une application de qualité :

  • Le contenu est primordial et il est ainsi nécessaire de proposer une App qui permette à l’utilisateur de voir tout le contenu principal sans devoir descendre sur la page ou la déplacer horizontalement.
  • Ce contenu doit également être lisible, sans avoir besoin d’effectuer des actions supplémentaires : le texte doit donc avoir une police d’au moins 11 points, être aéré et contrasté.
  • Une bonne UX doit permettre à l’utilisateur de naviguer rapidement et sans frustration : les icônes doivent être suffisamment grands pour que l’on puisse les sélectionner avec le doigt, sans risquer de toucher deux icônes à la fois ni devoir zoomer pour y avoir accès.
  • La technologie Retina oblige également à prendre en compte la résolution des images, pour ne pas qu’elles apparaissent floues et que le propriétaire de l’appareil profite de toutes ses capacités.
  • Le mobinaute est roi ! Apple conseille fortement de laisser le contrôle à l’utilisateur sur les actions à réaliser, tout en lui donnant des indications et des avertissements sur les conséquences d’actions de suppression ou d’annulation.

À travers ces quelques conseils, parmi bien d’autres, la marque cherche à montrer à quel point elle veut offrir une User eXperience de qualité grâce à un contenu clair et facilement accessible, que le graphisme doit mettre en valeur et non pas supplanter.

La User eXperience avec le nouveau système iOS 11

L’iPhone X et ses nouveautés

L’arrivée du nouveau smartphone d’Apple en 2017 nécessite de réaliser quelques adaptations pour optimiser la UX sur cet appareil et correspondre à l’évolution du design.

Tout d’abord, la taille de l’écran est plus importante dans le sens vertical et s’étend jusqu’en haut de l’appareil, et la résolution est plus élevée, ce qui a des implications sur la présentation de l’interface et la qualité des images. De plus, l’écran dispose d’une forme différente des autres modèles d’iPhone, avec des bords arrondis. Il est donc primordial de s’assurer que votre application s’adapte correctement à ce nouveau smartphone et qu’elle s’étend sur l’ensemble de l’écran. En effet, si des blancs apparaissent en bas ou en haut du téléphone ou au contraire si le contenu se superpose sur les barres d’état ou de navigation, l’utilisateur risque d’éprouver des difficultés d’utilisation et d’en garder un ressenti négatif.

Les applications de vente peuvent aussi profiter des nouveautés d’iOS 11. La facilité d’authentification (technologies Touch ID et Face ID) et les sécurités de paiement sont plus propices aux achats et peuvent ainsi accroître le nombre de clients et/ou les fidéliser.

Réinventer l’utilisation de la tablette

Les améliorations apportées au système d’exploitation ont aussi été conçues pour offrir une nouvelle manière d’utiliser l’iPad et de profiter de toute sa technologie. L’idée est de rendre son utilisation plus personnalisée et d’offrir une plus grande polyvalence.

En cohérence avec l’esprit d’Apple qui cherche à faciliter la navigation, le nouveau design permet d’afficher un Dock. Cette barre flottante au bas de l’écran avec les icônes des programmes récents et préférés s’affiche sur n’importe quelle page de la tablette, afin d’accéder à une autre application.

Pour multiplier les possibilités, il est maintenant envisageable d’ouvrir plusieurs applications sur une seule fenêtre et de naviguer entre elles à l’aide de simples mouvements de slide et de déplacer des éléments d’une application à l’autre par le biais d’un glisser-déposer.

Enfin, on note parmi les changements majeurs l’amélioration de l’Apple Pencil, qui rend plus facile la prise de notes ou le dessin. Ce critère a son importance sur un appareil tel qu’une tablette, qui a vocation à être utilisée pour des tâches plus complexes que sur un téléphone : modification de documents, création de schémas, expression artistique, etc. que ce soit dans un contexte privé ou professionnel.

Que l’on s’intéresse aux mobiles ou aux tablettes, on constate bien qu’Apple a créé son système d’exploitation en adéquation avec sa vision de la technologie : simplifier l’utilisation des appareils et la vie de ses clients et proposer du contenu intéressant et utile avant tout. Le développement des logiciels applicatifs sur ce type de plateforme doit donc y être adapté et tenir compte de ce qui rend la UX sur iOS si singulière et qui a séduit des millions d’individus dans le monde jusqu’à aujourd’hui.

Pour en savoir plus, nous vous conseillons de vous référer à la page suivante :

Besoin de nos services ?