En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d'intérêt, recueillir des données de statistiques et permettre le partage de pages sur les réseaux sociaux.
  • Accueil
  • Blog
  • L’IT for Equity pilier de la lean start up.

L’IT for Equity pilier de la lean start up.

0%
Temps de lecture : 4 minutes
28

Créer son entreprise a toujours été la plus belle des aventures pour les plus courageux et le plus excitant des fantasmes pour les autres.

Une fois lancé, impossible de faire machine arrière. On est entrepreneur. On continue d’avancer sans regarder derrière soi. Quoi qu’il arrive. Faire mille choses nouvelles quotidiennement dont on ne se savait pas capable. Persévérer et continuer à croire en la magie de son produit malgré les premiers échecs, déceptions et remarques de son entourage.

Trouver l’énergie de pousser des portes qui refusent de s’ouvrir, et puis rapidement faire parler de soi, même et surtout si on n’en a pas les moyens.

Il est de bon ton de parler de la difficulté de créer une entreprise en France. Le manque d’accompagnement des nouveaux entrepreneurs, les charges des entreprises ou les financements qui tardent à venir. Contre cette morosité latente, nous rencontrons (et heureusement) des entrepreneurs optimistes comme nous qui pensent que ce pays permet d’entreprendre et même de se remettre en selle après un échec.

Cet élan d’optimisme français est des plus excitant et se matérialise par une éclosion de jeunes pousses innovantes. Galvanisées par l’émulation venue du Far West, cette French Touch s’oriente vers la création de produits high tech, souvent dans le secteur mobile.

Une des phases clés de cette belle aventure est la recherche de fonds. Se tourner vers des investisseurs et autres sociétés de capital-risque apparaît souvent comme une opportunité de choix pour les start-uppers qui font le choix (judicieux) de partir sans modèle économique et laisser le marché le leur imposer 🙂

Force est de constater que le financement obtenu sur une simple idée est de plus en plus rare. Il est nécessaire de passer par la phase de prototypage voire même celle de test en grandeur réelle afin de jauger de l’attractivité du produit.

Tout au long des prochaines lignes, nous allons évoquer deux moyens qui nous ont paru extrêmement smart de faire financer sa start up. Pour une liste exhaustive des moyens en place, vous pouvez trouver pléthore d’articles sur le net traitant de ces sujets.

L’IT for Equity.

Il y a quelques mois un start upper est venu nous voir avec une idée. Il était à ce moment en poste et gagnait bien sa vie.
Il nous a surpris par son énergie et sa volonté d’aller de l’avant. Bien qu’ayant prévu d’acheter un appartement avec ses économies, il a décidé d’utiliser ses fonds pour lancer son produit et a démissionné de son poste.

Un coup de foudre professionnel s’est passé entre nous. Il voulait travailler avec APPSTUD et nous voulions développer son produit. En revanche, nos ambitions financières n’entraient pas dans ses capacités d’investissement.

Nous avons passé du temps à essayer de modifier le scope fonctionnel ou encore de diminuer nos marges mais rien n’y faisait. Nous n’étions pas d’accord.

La solution est apparue comme une évidence: Pourquoi ne pas faire de l’IT for equity. Nous avons accepté de développer son application mobile en réduisant considérablement nos coûts en échange d’une part au capital de cette société.

Un prototype pleinement fonctionnel a donc été conçu et mis dans la main de plusieurs utilisateurs. Nombre de modifications ont été effectuées en cours de production et sur la base des retours des bêta-utilisateurs.

Lors de chacun de ses pitch, il pouvait présenter le produit à ses interlocuteurs et le leur faire essayer. Le résultat a été positif : Ce projet de streaming mobile verra le jour dans 3 semaines officiellement et aura levé 200 000 Euros en early stage. Ce même start upper est actuellement en train de monter sa propre équipe.

Le résumé de cette anecdote est simple: sous réserve d’un projet bien réfléchit, certaines agences mobiles peuvent accompagner les start ups en early stage à concevoir leurs prototypes pour favoriser leurs levées de fonds. Il s’agit d’une phase intermédiaire qui précède la création d’une équipe propre.

 

Plus fort que l’IT for Equity: la co-création de startup.

Nous avons récemment rencontré Ekito dans leur magnifique bâtiment à Toulouse. A l’instar de Xavier Niel et son incubateur de 1000 start ups, mais avec un accompagnement plus étroit, Ekito se définit comme un Company Builder. Ou co-constructeur de startups.

Fort d’une équipe pluridisciplinaire de designers, architectes, senior developers, maker, business developers, Ekito est en mesure d’accompagner la start up à toutes les phases de son projet. De la simple idée, à la définition de l’identité de marque, en passant par la conception technique du produit ou la mise à disposition de locaux et de matériel ou même encore le buzz médiatique.

A ce titre, elle accompagne la sympathique start up innovante MoiChef qui propose à n’importe qui de cuisiner chez soi, une recette de grand chef étoilé. Il ne s’agit pas que de lire une recette, mais bien de se voir livrer les ingrédients afin de la réaliser! Brillante idée. Cette start up a récemment fait parler d’elle suite à son buzz avec Uber: Les véhicules Uber vous livrent à domicile, et via MoiChef, des produits et recette de grands chefs. Excellent !

Written by
Tech Enthusiast • Entrepreneur • Maker • Blogger
Laisser un commentaire