En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d'intérêt, recueillir des données de statistiques et permettre le partage de pages sur les réseaux sociaux.
-
-
Les entreprises du Metaverse peuvent-elles avoir un engagement RSE ?

Les entreprises du Metaverse peuvent-elles avoir un engagement RSE ?

 

 

Toutes les entreprises ont intérêt à investir dans l’amélioration de leurs pratiques RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), peu importe leur taille et leur secteur d’activité. Celles du Métaverse doivent également se pencher sur les enjeux sociaux et environnementaux de leurs activités commerciales ainsi que leurs relations avec toutes les parties impliquées. Les nouvelles technologies exigent de nouvelles méthodes et de nouvelles stratégies pour instaurer un climat de confiance.

Métaverse : qu’est-ce c’est ?

Le Métaverse peut être défini comme étant « un espace collectif virtuel partagé, créé par la convergence de la réalité physique virtuellement améliorée et de l’espace physiquement persistant ». Il s’agit donc d’un réseau expansif de simulation ainsi que des environnements persistants en mode 3D. C’est une évolution technologique qui est considérée comme l’avenir de l’Internet. Cette évolution technologique est adoptée par les PDG des grandes firmes technologiques comme Satya Nadella (Microsoft), Mark Zuckerberg (Facebook) ou encore Jen-Hsun Huang (Nvidia). Ceux-ci ont investi des billions de dollars dans cette technologie.

Quelle est l’utilité du Métaverse pour les entreprises ?

La plupart des entreprises se tournent vers cette technologie pour diverses raisons. Elle promet en effet un monde numérique 3D où chacun peut effectuer ses opérations d’achat ou de vente de services, de produits, faire signer et respecter les contrats. On peut former et recruter des talents et interagir avec d’autres communautés. Ce monde virtuel ne sera pas basé sur des plateformes. Avec un casque VR (Réalité Virtuelle), un chef d’entreprise pourrait visiter une usine se trouvant au bout de l’autre monde. Il pourrait voir et toucher les équipements, inspecter les activités de cette usine et serrer la main du contrôleur local sans bouger de son bureau. Grâce à cette technologie, les entreprises peuvent améliorer leur productivité en permettant aux collaborateurs de se former ou de collaborer dans des mondes immersifs de type lieu de travail. Elles suivent cette évolution pour :

  • gagner du temps grâce aux conférences virtuelles et réduire leurs dépenses ;
  • optimiser l’expérience consommateurs ;
  • proposer des produits destinés uniquement au monde virtuel comme les jeux vidéos plus immersifs ;
  • collecter de nouvelles informations sur les clients ;
  • proposer des applications et du matériel pour les activités virtuelles et bien d’autres.

Quel est l’impact du Métaverse sur la RSE ?

Avec leur engagement dans la RSE, les entreprises doivent respecter les principes du développement durable. Mais ceci semble être menacé avec l’arrivée de cette nouvelle technologie. Celle-ci présente en effet un énorme impact environnemental.

L’usage des centres de données très énergivores

Les centres de données qui doivent faire fonctionner les mondes persistants de cette nouvelle technologie sont gourmands en matière de consommation d’énergie. Selon une étude menée par des chercheurs de l’Université de Lancaster, un passage de 30 % de joueurs aux plateformes de jeu en nuage d’ici 2030 pourrait provoquer une augmentation de 30 % des émissions de carbone comparativement à la situation actuelle.

Il ressort aussi d’une étude Greening The Beast de 2020 que les joueurs de haut niveau qui possèdent du matériel adapté à une VR de pointe dépenseraient plus de 2 000 dollars en électricité (sur une période de 5 ans). Ceux-ci libéreront dans l’atmosphère jusqu’à 2 000 livres d’émission de carbone chaque année.

Cette technologie nécessite des images de très haute résolution avec une augmentation de consommation d’énergie. La mise en place de cette technologie fait appel à d’autres technologies comme la blockchain, l’IA et la réalité virtuelle. Chaque élément consomme une quantité importante d’énergie. Même si aucune étude n’a pu produire des mesures exactes sur les centres de données, ceux-ci seraient à l’origine de 2 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre durant l’année 2015. Ce chiffre correspond à la quantité de gaz générée par toutes les industries aéronautiques.

Des chiffres qui prouvent l’impact de cette technologie sur la RSE

Dans un article publié en 2016, une étude réalisée par des chercheurs du Lawrence Berkeley National Laboratory a révélé que l’énergie supplémentaire qui est utilisée dans les divertissements en nuage peut faire grimper la consommation annuelle d’électricité. Cette augmentation est d’ordre de 40 % à 60 % pour les ordinateurs bureautiques, de 130 % à 260 % pour les appareils de streaming, de 30 % à 200 % pour les consoles et de 120 % à 300 % pour les ordinateurs portables. Les technologies blockchain sont essentielles pour le Métaverse. Alors que ces dernières consomment énormément d’énergie comme l’a révélé une étude de l’Université de Cambridge qui estime que l’extraction mondiale de bitcoins nécessite plus d’énergie que toute l’Argentine.

Quelles sont les solutions potentielles pour limiter l’impact du Métaverse sur la RSE ?

Les entreprises du numérique peuvent s’engager dans une démarche RSE. Elles doivent prendre des mesures adéquates pour réduire l’impact environnemental des centres de données et des éléments technologiques.

Poser des actes concrets

S’inscrivant dans une démarche RSE, Google a par exemple décidé d’adopter l’énergie sans carbone d’ici 2030. Microsoft promet également d’être négative en carbone à partir de 2030. Il se servira des générateurs à carburant diesel pour faire fonctionner ses centres de données. Quant à Amazon Web Services , il promet utiliser de l’énergie renouvelable d’ici 2025 pour toutes ses opérations. Il faut également prioriser les innovations technologiques. L’usage des serveurs beaucoup plus performants peut permettre aux structures numériques de réduire l’empreinte des centres de données dans les prochaines années. La réduction de la vitesse de certains éléments des ordinateurs de jeu permettra de réduire leur consommation énergétique jusqu’à 25 % selon un rapport publié dans le Computer Games Journal. Il faut également investir dans les innovations logicielles. Le rendu fovéal permettrait par exemple aux moteurs des casques de réalité virtuelle de restituer moins de pixels tout en maintenant leur performance. Il faut équiper les blockchains de matériels pouvant réduire leur consommation.

Réduire les émissions dans les autres secteurs d’activité

Quels que soient les efforts qui seront fournis par les structures de Métaverse, il faudrait aussi penser à réduire les émissions potentielles dans d’autres secteurs. Les mondes virtuels persistants nécessiteront des infrastructures performantes. C’est peut-être le moment de mettre à profit les atouts de cette technologie dans les autres secteurs d’activité à travers l’organisation de plus d’événements et réunions en virtuel. Cela permettra de réduire les déplacements.

Vous avez une idée, Appstud vous aide à la développer !

Product thinking • Design • Développement • Acquisition • Evolution de produits
Écrit par

Ces articles pourraient également vous intéresser

Quelle technologie dois-je choisir ? C’est la question qui revient en premier lieu lorsque vous entamez votre projet de développement d’app. On recense les avantages et les défauts de chacune des applications.
186
Il s’agit de l’application des mécaniques de jeux à un processus, une application, une situation afin d’atteindre des objectifs spécifiques.
295
L’un des plus grands défis auxquels sont confrontés les développeurs d’app mobiles est de garder et fidéliser des utilisateurs. De ce fait nous avons recensés dans cet article 𝟱 𝗮𝘀𝘁𝘂𝗰𝗲𝘀 𝗽𝗼𝘂𝗿 𝘃𝗼𝘂𝘀 𝗮𝗶𝗱𝗲𝗿 𝗮̀ 𝗰𝗼𝗻𝘀𝗲𝗿𝘃𝗲𝗿 𝗰𝗵𝗮𝗾𝘂𝗲 𝘂𝘁𝗶𝗹𝗶𝘀𝗮𝘁𝗲𝘂𝗿.
262