En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d'intérêt, recueillir des données de statistiques et permettre le partage de pages sur les réseaux sociaux.
  • Accueil
  • Blog
  • Peut-on valoriser la propriété intellectuelle d’une application mobile ?

Peut-on valoriser la propriété intellectuelle d’une application mobile ?

0%
Temps de lecture : 4 minutes

On a eu une bonne idée. Un business plan qui tient la route, un benchmark en bonne et due forme et le financement. Lançons-nous dans l’aventure mobile !

C’est le discours qu’on entend souvent dans la bouche de jeunes entrepreneurs. Et ils ont raison ! En France, nous attendons souvent d’avoir un produit prêt à être lancé. Aux États-Unis, dès que le prototype est prêt, la communication est déjà lancée !

Cette tendance tend néanmoins à s’estomper lorsqu’on s’intéresse aux jeunes start-ups innovantes Françaises.
Mais voilà, outre l’innovation, est-ce que la propriété intellectuelle comme barrière à l’entrée d’un marché peut-être appliquée à une app mobile?

Les applications sur mobile peuvent être protégées par différents droits de propriété intellectuelle.
En particulier, les interfaces graphiques et le code source des applications logicielles sont protégés par le droit d’auteur et/ou les dessins et modèles. Le contenu des bases de données bénéficie d’une protection par le droit spécifique des producteurs de base de données.

Enfin, si l’application comprend une combinaison de caractéristiques techniques nouvelles apportant un effet technique particulier, une protection par brevet est possible.

Néanmoins, et c’est bien tout l’objet de ce post. Est-ce que la propriété intellectuelle représente à elle seule une barrière à l’entrée fiable et pérenne sur le marché mobile?

Prenons un exemple. Vous créez un système de reconnaissance de formes sur mobile. La reconnaissance de forme n’est pas brevetable, mais votre système l’est. Vous le faites. Tout marche bien, vous embauchez et roulez en Porsche.
Vous respectez toutes les bonnes pratiques du marketing 2.0. Réseaux sociaux, display, SEO, SEM…

Avant même la fin de votre crédit, vos ventes sont en chute libre. Raison, un petit malin à l’autre bout du monde a sorti le même produit que vous à 2 fois moins cher.

Vous faites jouer vos droits légaux et gagnez un procès qui vous aura ruiné pendant de longues années. Votre produit a au passage été oublié au profit de votre concurrent.

L’image peut sembler caricaturale mais est d’actualité. Exemple entre Coyote et Waze en France. La société Waze étant située en Israël, son application, qui peut être téléchargée partout dans le monde, ne tient pas compte des particularités légales françaises.

Soyons pragmatique. Ce genre de concurrence déloyale existe depuis que la Mondialisation existe mais c’est un mal nécessaire pour les avancées technologiques! (Apple Samsung, Cisco Juniper)
La question de la valorisation de la propriété intellectuelle dans le cadre d’une application mobile est plus délicate. Le média subit une démocratisation fulgurante. Contrairement aux tickets d’entrés élevés de la high tech, le téléchargement d’une appli est à la portée de n’importe quelle bourse voire de n’importe quel terminal intelligent! Le marché est rapidement international et il n’a jamais été aussi simple pour une marque d’être présent dans la poche d’un consommateur.

Peut-on alors réellement parler de barrière à l’entrée?

A mon sens, Non. Encore plus qu’avant, l’innovation doit être au coeur de la stratégie de l’entreprise. Encore plus qu’avant, le droit International atteint ses limites. Encore plus qu’avant les moyens de faire connaître votre produit doivent être mobilisés!

Le web desktop avait 2 enjeux. Faire connaitre et Faire acheter. Le web mobile rajoute l’enjeu intermédiaire qui est de Faire utiliser. Votre innovation n’a certes de sens que si elle est utile au Monde, mais encore plus dans le web mobile, elle doit avoir un intérêt quasi-quotidien pour son utilisateur. C’est par cet intérêt que vous susciterez la valorisation de votre produit et l’habitude de votre consommateur à votre marque. Ne dit-on pas que les habitudes ont la vie dure.

En s’immisçant autant dans la vie privée, pourquoi Google a-t-il une meilleure image que Facebook? Parce-que les produits de Google sont utiles à toutes les générations.
Pourquoi préfère-t-on Office 365 à Google Apps? Parce que jusqu’à la génération Y, nous avons été habitués au client lourd plutôt qu’au Full Cloud.

On ne le dit jamais assez, et les Entreprises l’ont compris : suivre son marché sur le mobile est une condition sine qua none à assurer la pérennité de son activité. Néanmoins, développer une app peut en refroidir plus d’un surtout au niveau des coûts. Mais il est important de comprendre que l’application en elle-même n’est que la fondation de votre stratégie mobile. Les barrières à l’entrée liées à la propriété intellectuelle ne doivent donc pas servir la stratégie de l’Entreprise, mais plutôt arriver en complément d’une réelle stratégie de moyens de communication et de fidélisation. Cette stratégie, bien que rémunératrice a un coût. Et il est nécessaire d’intégrer ce coût en phase amont du projet.

Un ratio de 30% de développement et de 70% de promotion est difficilement atteignable, surtout lorsqu’on est une entreprise de taille intermédiaire. C’est d’ailleurs pour cette raison que chez Appstud.Me, nous pensons le code en cohérence avec la stratégie de promotion et de fidélisation, et travaillons au quotidien à optimiser les coûts de développement.

Written by
Laisser un commentaire