En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d'intérêt, recueillir des données de statistiques et permettre le partage de pages sur les réseaux sociaux.
  • Accueil
  • Blog
  • Marketers, Amenez Votre Application Dans Le Top10 Des Stores. Gratuitement!

Marketers, Amenez Votre Application Dans Le Top10 Des Stores. Gratuitement!

0%
Temps de lecture : 4 minutes
20

Eldorado? Utopie? Titre accrocheur pour vous amener sur mon article? Un peu de tout cela dirons nous.

Quoi qu’il en soit vous y êtes. (Nous vous en remercions. Vraiment).

A qui s’adresse cet article?

Donc, M. Le Marketeur, heureux porteur d’un projet mobile ou M. le CEO d’une super start up. Vous êtes là pour savoir comment propulser votre application dans le top 10 des stores. Relativement simple si vous avez de l’argent. Mais réfléchissons surtout à le faire gratuitement.

Première déception: pas de recette miracle. Il va falloir bosser.

Seconde déception: il ne suffit pas de payer des régies publicitaires pour être au top. Et surtout le rester.

Une fois ceci dit, nous pouvons commencer.

Faisons un parallèle avec cet article. Vous téléchargerez une application comme vous avez atterri sur cet article: parce que le titre est accrocheur, l’image plutôt sympa et que (j’espère) votre groupe d’amis vous l’a recommandé.

Vous continuerez à lire cet article parce que vous y trouvez votre compte. Il en va de même pour une application mobile. Le nombre de téléchargement dans le mobile n’est plus un critère de choix pour les propriétaires de magasins comme Google et Apple. Ce qui compte surtout c’est l’engagement. « Votre application doit être utile au monde et donc être utilisée et critiquée ». Si elle déchaîne les passions c’est encore mieux vous roulerez en Porsche sous peu.

Un autre cours de marketing sur le positionnement?

Non. Je n’en ai pas l’envie et vous non plus. Partons du principe que vous êtes le CEO d’une jeune start up innovante. Ou un marketeur d’une grande entreprise qui vient de comprendre qu’il ne suffisait pas de décliner son site web en site mobile pour faire plus de vente.

Dans la suite de cette article, nous allons surtout nous attacher à des best practices qui fonctionnent et partir du principe que votre projet apportera bien une expérience inédite à l’utilisateur. Si ce n’est pas le cas, bachotez encore votre projet et revenez plus tard.

En phase de conception.

Make it simple.

C’est la base de la base. Vraiment. Dès l’ouverture de l’app, l’utilisateur doit comprendre comment elle fonctionne. Bannissez les formulaires à rallonge pour l’inscription. Préférez une inscription via un ou deux réseaus sociaux. Pas plus. Simple. Stupide même.

Peu d’écrans. L’utilisateur mobile n’aime pas naviguer. Sur le web desktop aucun problème on peut toujours faire un « Back ». Ou même un fil d’ariane. Dans le mobile, ce bouton prend rapidement trop de place. Donc peu d’écrans.

Une navigation simple aussi. Plusieurs éléments sont à votre disposition. Fini la souris, place au Swipe, Press,  Tap, Scroll. Débrouillez vous avec ça.

User experience.

Rappelez vous qu’on est dans une expérience mobile donc avec une bande passante fluctuante, une résolution minimisée, et une navigation avec les doigts. Ah oui, n’oubliez pas votre public dans l’histoire.

Préférez donc:

– Une interface claire.

– Une architecture qui minimise les chargement d’images lourdes et les échanges constants avec les bases de données. Minimisez donc l’utilisation d’internet ou travaillez à optimiser la bande passante utilisée.

– Une User Interface avec des boutons assez larges et une réflexion sur le positionnement de ceux-ci par rapport à la fréquence d’usage. (exemple: Si votre application s’utilise en mode portrait, n’allez pas positionner le bouton d’action majoritaire en haut à gauche! Merci.)

– Le public? Oui le public. Toujours concernant l’interface, le public visé est primordial et l’interface doit être réfléchie en fonction. Biensûr vous me direz « On mettra plus d’images pour une application pour enfants ». Evidemment. Mais en reprenant cet exemple, un enfant saisit plus facilement le « Press » que le « Tap ». A bon entendeur.

Pensez SoLoMo.

– Social Local Mobile.  Rendez votre application la plus sociale possible (idéalement virale). Permettez à vos utilisateurs de partager leur expérience sur leurs réseaux sociaux. Tant qu’à faire, trackez la position géographique. Ca vous aidera.

– Vous devrez identifier les segments des utilisateurs de votre application. Réfléchissez aux KPI que vous souhaitez analyser (temps passé sur la page, navigation à partir de la page, dates, heure et géolocalisation de l’utilisation). Dès la phase de conception réfléchissez avec votre agence à l’emplacement des trackers et des KPI à remonter.

Say my name?

Heisen…Sorry.

Ultra important. Encore plus que dans le web, le nom de votre application doit être reconnu, inédit, et surtout conjugable 🙂 On oublie les noms à rallonge. 2 syllabes. Au maximum. Faciles à prononcer. En anglais surtout. Le but n’est pas que vos utilisateurs parlent de votre apps en disant  « XX, l’application de <Entreprise X> » mais « C’est XX ». Simple.

Si c’est gratuit, vous êtes le produit.

Les modèles freemium avec achats in-app rencontrent beaucoup de succès. Dans le mobile, l’enjeu est à la fidélisation. Avant de fidéliser, il faut faire télécharger. Pour ça, votre application doit acquérir de la visibilité sur les stores. Gratuitement. Privilégiez le téléchargement gratuit. Ensuite rendez votre utilisateur accro si vous voulez, mais privilégiez le téléchargement gratuit.

Tenez compte des algorithmes des stores.

Initialement, les stores prenaient en compte le nombre de téléchargement.

Désormais il faudra faire avec:

– Le nombre d’étoiles: Soignez votre app, incitez l’utilisateur à la noter, et surtout développez en cohérence avec les remarques et commentaires.

– Le nombre de téléchargement: Là dessus pas de secret. Sortez votre plus beau costume et allez parler de votre application.

– Le temps passé à utiliser l’app: Les jeux tiennent le haut du panier. Tachez d’amener une réelle valeur ajoutée à l’utilisateur en tentant de le maintenir sur votre app (messages in-app, promotions, déblocages de fonctionnalités supplémentaires, bref, soyez imaginatifs)

– Le nombre d’ouverture: Un mobinaute utilise en moyenne 8 applications par jour. Le but est de faire partie de celles-ci. Utilisez du push notifications ou du mail pour continuer à entretenir la relation avec votre utilisateur.

Piou-piou.

Créez le profil de votre application sur Twitter. Pas le profil de votre société. Faites un Hashtag simple sur Twitter. Usez-en et abusez-en.

Prévoir la date de sortie et des mises à jour.

C’est un facteur important trop oublié. Quand est-ce qu’on reçoit le plus de cadeau? En décembre. Et quand on reçoit un smartphone, en général on cherche à le remplir avec des apps. Les débuts et fin d’années sont une période intéressante pour les lancements d’apps. Les dates de mises à jour sont aussi importantes. Exemple: Le jeu Fun Run était mis à jour souvent en parallèle des dates d’exams des universités américaines 🙂

May I help?

Dites vous que le digital évolue à vitesse grand V. Ne développez pas votre projet dans votre coin. Discutez en autour de vous, faites vous challenger, et surtout n’hésitez pas à nous demander conseil!

Eat your own dog food.

Une dernière chose: faites des apps que vous même auriez envie d’utiliser 🙂

Written by
Tech Enthusiast • Entrepreneur • Maker • Blogger
Laisser un commentaire